Press "Enter" to skip to content

Faut-il libérer Britney Spears ?

Capture du clip de « …Baby one more time »

En bref :

Sous la tutelle juridique de son père Jamie Spears depuis plus de 12 ans, la popstar Britney Spears a demandé à s’entretenir directement au tribunal de Los Angeles au sujet du régime qui l’empêche de prendre ses décisions seules. L’annonce de cet entretien, fixé au 23 juin, ravive la campagne #FreeBritney. Animé par des fans de la chanteuse de 39 ans, le mouvement vise à lui rendre son autonomie juridique. 

Le piège à éviter : ce qui ressemble à une histoire un peu folle créée par une communauté de fans transis recouvre des questionnements complexes autour du traitement médiatique de la vie des stars, des troubles psychiatriques et du conspirationnisme. 

Les faits :

🤓 Issu d’un milieu populaire, Britney Spears perce en 1998, à 17 ans, avec le morceau “…Baby one more time”. Sa carrière avait commencé 6 ans plus tôt à la télévision. Aujourd’hui, sa fortune est estimée à 60 millions de dollars.

🧐 Au sommet dans les années 2000, Britney Spears fait partie, avec Lindsay Lohan, Paris Hilton et d’autres de ces stars américaines dont la vie a été scrutée par les paparazzis. Cette décennie a été marquée par une explosion des tabloïds, aux articles souvent misogynes (comparé à l’accueil réservé à des artistes masculins).  

🧐 Pour Britney Spears, la période se solde par une dépression, des déboires judiciaires (alcools, drogues, bataille pour la garde de ses enfants) qui se multiplient en 2007 et 2008, et la conduisent à passer plusieurs évaluations psychiatriques. Début 2008, Jamie Spears et un avocat sont désignés tuteurs de la jeune femme, c’est-à-dire gérants de ses finances et de sa santé physique et mentale. Pour le psychiatre Jean-Victor Blanc, cela l’a peut-être sauvée du destin d’Amy Winehouse (décédées par overdose à 27 ans). 

🤓 S’il avait été présenté à l’époque comme une solution “temporaire”, ce régime de tutelle normalement réservé aux personnes âgées, aux handicapés mentaux ou aux personnes extrêmement malades n’est habituellement pas voué à être levé.

🧐 Britney Spears a expliqué être atteinte d’un trouble bipolaire et avoir traversé une dépression post-partum, potentiellement accentuée par la pression médiatique – dans le documentaire I am Britney Jean, elle explique qu’à certains moments, elle ne “pouvait sortir de chez elle sans être suivie par 20 voitures”. Sous réserve d’être suivies, des personnes souffrant de troubles bipolaires peuvent aujourd’hui vivre des vies totalement normales

🧐 La première occurrence du hashtag #freebritney remonte au 20 février 2009, quand un fan a posté un article censé montrer que le père de Britney Spears menaçait de la séparer de ses deux enfants. Le mouvement du même nom, lui, ne prend réellement corps qu’en 2019, alors que l’artiste repousse une série de concerts à une date indéfinie et que son activité habituellement régulière sur Instagram cesse pendant trois mois.

🧐 Le mouvement est notamment alimenté par le podcast Britney’s gram, qui diffuse un enregistrement d’une personne se déclarant impliquée dans le montage légal autour de la tutelle de la star et s’inquiète de sa santé et de son autonomie. 

🤓 Britney Spears a sorti quatre albums et réalisé plusieurs tournées depuis 2008, ce qui participe à faire douter ses fans de son incapacité mentale. Son dossier médical n’est pas connu, rappelle le New-York Times dans son documentaire Framing Britney Spears.

🤓 En 2016, Jamie Spears percevait 130 000 dollars de salaire annuel pour la gestion des affaires de sa fille, le remboursement de son espace de bureau et 1,5% des revenus des concerts et merchandising de l’artistes à Las Vegas. En 2020, Britney Spears l’a accusé d’avoir dépensé trop de son argent, notamment pour payer ses anciens co-tuteurs légaux

🧐 La propension des fans à chercher à analyser chacun des posts de la star et à ne pas croire ses messages de réassurance se rapproche du comportement de certains adeptes de théories du complot, selon l’historienne et spécialiste du complotisme Marie Peltier, notamment parce qu’ils présentent de nombreux biais de confirmation. 

🧐 Britney Spears a déclaré à son avocat “avoir peur de son père” et ne plus vouloir de lui comme “co-curateur”. Elle voudrait le remplacer par Jodi Montgomery (curatrice professionnelle) pour les questions de soins mentaux et médicaux, et par une banque pour ses finances. En novembre, le tribunal avait rejeté sa demande d’enlever définitivement Jamie Spears du régime de tutelle – actuellement partagé avec le fonds Bessemer Trust. 


📒 On prend note : derrière l’aspect star system qui pourrait pousser à prendre le sujet à la légère, on voit poindre de vraies questions relatives à la santé mentale et l’hospitalisation sous contrainte, aux dynamiques liant médias et célébrités ainsi qu’au sexisme et à la violence de l’industrie musicale (par ailleurs, on ne saurait vous laisser partir sans vous renvoyer vers ce fameux meme de la fin des années 2000).

📝 Pour compléter ou corriger cet article et apporter vos sources, rendez-vous sur sa version participative.

Ce billet est un exemplaire du newskit, un format qui décortique les sujets d’actualité qui prêtent à débats pour permettre des discussions apaisées malgré la propension des réseaux à jouer sur nos émotions. Pour la recevoir, abonne-toi à Flint ici. Tu recevras également une sélection de liens personnalisés, envoyée par l’intelligence artificielle de Flint.

Comments are closed.

Mission News Theme by Compete Themes.