Press "Enter" to skip to content

Policiers brûlés à Viry-Châtillon : quel est le débat ?

En bref :

Dans la nuit du 17 avril au 18 avril 2021, la cours d’assises des mineurs de Paris a condamné 5 des 13 accusés pour tentative de meurtre sur des policiers à Viry-Châtillon en 2016. Si les peines annoncées sont dénoncées comme trop clémentes par des voix de la droite et de l’extrême-droite, le média ancré à gauche Médiapart a publié de nouveaux éléments sur les conditions de réalisation de l’enquête, jusqu’à maintenant négligés dans le traitement de cette affaire. 

🤖 Qui ça intéresse : selon nos robots, le sujet intéresse principalement les partis de droite et d’extrême-droite. 

⚠️ Le piège à éviter : S’il n’y a aucun doute sur la violence de l’agression, l’enquête qui a suivi comporte des zones d’ombre. Comprendre le jugement rendu en appel impose donc de se pencher sur les événements du 8 octobre 2016 et des jours qui ont suivi. 

Les faits : 

🧐 Le 8 octobre 2016, deux véhicules de police sont victimes d’une attaque à coup de pierres et de cocktails molotov par une vingtaine de personnes à Viry-Châtillon (91). Les 4 policiers en sortent blessés, physiquement et psychologiquement. L’un d’eux est grièvement brûlé sur 25% du corps et bénéficiera de nombreuses greffes.

🧐 L’enquête a duré 3 ans, compliquée par un recueil de preuves particulièrement difficile : les agresseurs étaient tous masqués, aucune trace ADN n’a été retrouvée sur les lieux et les images de surveillance étaient floues. Près de 1 000 personnes ont été interrogées mais aucun témoignage relatif aux faits n’avait pu être recueilli. 

🧐 En décembre 2019, la Cour d’assises des mineurs de l’Essonne (91) a condamné en première instance 8 des 13 accusés à des peines de 10 à 20 ans de réclusion. Les 5 autres ont été relaxés. Le parquet général de Paris a fait appel de cette décision, et requis des peines de 20 à 30 ans de réclusion criminelle. 

🧐 Le 2 mars 2021, le procès en appel des 13 accusés a débuté devant la Cour d’assises des mineurs de Paris. 

🧐 6 semaines plus tard, dans la nuit du 17 au 18 avril, les jurés ont décidé d’acquitter 8 des 13 accusés (dont les 5 déjà acquittés en première instance). Le procès s’est déroulé à huis clos car des prévenus étaient mineurs au moment des faits. Le verdict et ses motivations précises n’ont donc pas été rendus public, mais on sait que les éléments de preuve ont été jugés insuffisants pour une condamnation aussi sévère qu’en première instance. Les 5 autres personnes ont été condamnées à des peines de 6 à 18 ans de réclusion criminelle.

🧐 Avant le procès en appel, l’avocat d’un des prévenus avait porté plainte pour faux et usage de faux à l’encontre des enquêteurs. 

🧐 Comme lors du premier procès, les voix de l’ensemble des syndicats de policiers, de l’avocat de l’une des victimes, Thibault de Montbrial, de quelques personnalités de l’extrême-droite (Jordan Bardella (RN)) et de droite (Valérie Pécresse (Libre!) ou Robin Reda (LR)) se sont élevées contre ce verdict et en soutien des policiers agressés. 

🧐 Suite à ce verdict, 3 des 5 condamnés ont décidé de se pourvoir en cassation, ultime recours pour éviter la condamnation. Un article publié par Médiapart le 20 avril démontre la falsification de procès-verbaux établis lors de l’enquête (une partie des propos des prévenus ont été tronqués, des pressions exercées lors des interrogatoires n’y sont pas mentionnées). 

🤓 Le délit de faux est plus lourdement puni lorsqu’il est commis par une personne dépositaire de l’autorité publique que par un citoyen.

📒 On prend note : Quand un sujet rencontre un écho politique marqué, on voit poindre une forme de biais d’abstraction sélective parfois repris par les médias. Dans ce cas, les prises de parole d’acteurs politiques, focalisées sur un seul aspect de l’information, peuvent cacher toute ou une partie de la réalité des faits.  

📝 Pour compléter ou corriger cet article et apporter vos sources, rendez-vous sur sa version participative.

Ce billet est un exemplaire du newskit, un format qui décortique les sujets d’actualité qui prêtent à débats pour permettre des discussions apaisées malgré la propension des réseaux à jouer sur nos émotions. Pour la recevoir, abonne-toi à Flint ici. Tu recevras également une sélection de liens personnalisés, envoyée par l’intelligence artificielle de Flint.

Comments are closed.

Mission News Theme by Compete Themes.