Press "Enter" to skip to content

Réinventer le bleu du ciel

🦋 Ce matin, j’étais émerveillée par l’éclat et la profondeur du bleu du ciel méditerranéen que j’ai la chance d’admirer depuis quelques jours. Ce bleu qui par endroit est si profond qu’il se rapproche du bleu Klein. D’ailleurs, tu ne t’es jamais demandé comment Yves Klein avait inventé ce bleu ? Le 19 mai 1960, l’artiste français dépose l’”International Klein Blue” (IKB) à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI). Le magazine Beaux Arts nous explique qu’il “ne dépose pas la couleur elle-même mais la recette d’un produit qui se distingue uniquement des autres par son liant… permettant de sublimer la couleur existante ! Car cette couleur bleue existe déjà : il s’agit du bleu outre-mer obtenu en broyant la pierre précieuse lapis-lazuli. Mais le prix de cette couleur luxueuse devient au fil des siècles inaccessible. En 1827, un chimiste et industriel lyonnais met alors au point un pigment de synthèse dix fois moins cher qui imite le bleu outre-mer. Ce pigment obtenu en chauffant à plusieurs centaines de degrés un mélange de kaolin, carbonate de soude, soufre, sulfate de soude et charbon de bois est celui qu’adopte Yves Klein. Mais comme il est déçu par son rendu en peinture et sur la toile, il remet en question les liants qui sont utilisés pour le fixer. La solution lui sera donnée par un chimiste de Rhône-Poulenc : un acétate de vinyle, le Rhodopas M., qui se rétracte en séchant et permet au grain du pigment de montrer sa pureté originelle.

💎 Et voilà comment Klein a mis un peu plus de bleu encore dans nos vies ! 

Comments are closed.

Mission News Theme by Compete Themes.