Press "Enter" to skip to content

Vert ou pas vert ?

En bref :

Publié par la Technology Review le 25 janvier 2021 et ardemment discuté depuis qu’il a été repris dans un article de Transitions & Énergies le 5 avril, le Green Future Index place la France quatrième au classement des pays enregistrant les meilleurs progrès vers un “futur bas carbone”. En pleine discussion de la loi Climat et résilience, ce résultat a été salué par le gouvernement mais critiqué par la communauté scientifique, qui juge le calcul biaisé.

Le piège à éviter : même si elle est proposée par une source de qualité, une même étude peut servir des argumentaires très différents, voire opposés.

Les faits : 

🧐 Technology Review est une revue appartenant au Massachusetts Institute of Technology, dont la place de meilleure université mondiale au classement QS 2021 peut jouer en faveur d’un biais d’autorité. La Technology Review est un média business / technologies de bonne réputation, mais pas une revue scientifique. Transitions & Énergies est un trimestriel lancé en juin 2019. Son directeur de publication est Gil Mihaely (aussi directeur de Causeur et de Conflits), son rédacteur en chef, Eric Leser (ancien du Monde, co-fondateur de Slate.fr). 

🧐 L’article de Transitions & Énergies titre “la France classée 4e pays le plus vert au monde” mais il serait plus juste d’affirmer que la France est simplement quatrième du Green Future Index : celui-ci ne porte que sur 76 pays, et étudie spécifiquement les progrès et les engagements de ces nations pour aller vers “un futur bas carbone”. 

🧐 La méthodologie du Green Future Index consiste à donner des notes sur 10 aux différents pays dans 5 domaines : émissions carbones, transition énergétique, société verte, innovations propres (ou vertes) et politiques climatiques. Ces notes pèsent différemment : les politiques climatiques comptent pour 40% du résultat final, tandis que les 4 autres piliers comptent chacun pour 15% (une critique de cette méthode par Céline Guivarch, climatologue et membre du Haut Conseil pour le Climat). (Voir aussi l’article de fact checking de France Info)

🧐 Les critiques de l’index soulignent surtout deux points : l’élément qui pèse le plus lourd dans la note finale analyse les promesses des états en matière d’évolution climatique et l’index rapporte chaque résultat au PIB du pays, ce qui conduit par exemple à classer les États-Unis (40e) devant le Bangladesh (69e) alors que les premiers émettaient 16,06 tonnes de CO2 par tête en 2019 contre 0,63 tonnes par tête pour le second.

🧐 Dans le détail du Green Future Index, la France est 13e en matière d’émissions carbones (l’État a été condamné en février pour manquements à ses objectifs de réduction d’émissions), 57e en société verte (bâtiments verts, réduction de la consommation de viande, recyclage, etc), 62e en transition énergétique, 9e en innovation verte et 2e en politique climatique. 

🤓 La France est 5e de l’Environmental Performance Index 2020 (Chiffres pour la France sont ici : https://epi.yale.edu/epi-results/2020/country/fra) , indicateur développé par des chercheurs de l’université de Yale et visant à estimer la performance des politiques environnementales, mais encore une fois, les bons résultats de ces politiques est corrélé au niveau de vie, ce qui est sujet à débat (en substance : les plus riches sont les plus gros pollueurs donc ils ont plus de marge de progrès). En 2018, la France était le 8e plus gros émetteur de gazs à effet de serre / habitant et le 2e plus gros producteur de déchets de l’OCDE. 

🤖 Qui s’y intéresse : selon nos robots, le sujet résonne surtout auprès des partis, des politiques et des membres du Haut conseil pour le climat. L’article de Transitions & Énergies a beaucoup été partagé par des comptes En marche.


📒 On prend note : devant des chiffres très prometteurs (ou très négatifs), vérifier la méthodologie et ses possibles critiques permet de nuancer. Et si les données sont fournies par un nom ronflant ou une marque très respectée, il peut être utile de vérifier si la personne ou l’entité a effectivement une expertise sur le sujet qu’elle traite. Ca évite de tomber dans le piège du biais d’autorité.

📝 Pour compléter ou corriger cet article et apporter vos sources, rendez-vous sur sa version participative.

Ce billet est un exemplaire du newskit, un format qui décortique les sujets d’actualité qui prêtent à débats pour permettre des discussions apaisées malgré la propension des réseaux à jouer sur nos émotions. Pour la recevoir, abonne-toi à Flint ici. Tu recevras également une sélection de liens personnalisés, envoyée par l’intelligence artificielle de Flint.

Comments are closed.

Mission News Theme by Compete Themes.