Press "Enter" to skip to content

Comment parler de la Covid-19 à Noël (sans sans s’envoyer la dinde à la figure) – Flint Dimanche #42

Tiens, juste pour te donner le vertige, je suis allé lire la lettre de Flint Dimanche d’il y a un an. Je me suis dit, elle doit être joyeuse cette lettre, pleine d’insouciance et de vie, tu sais, la vie magnifique qu’on avait avant dans la douce France d’avant le confinement.

Et alors c’est drôle, l’insouciance, parce qu’elle est quand même très relative. Tu vois il y a un an, fou aveugle que j’étais, je t’écrivais ça :

« C’est la fin de l’année, Noël approche, il pleut et il est impossible de prendre le train, tout le monde est super énervé, les Britanniques ont décidé de faire un gros doigt d’honneur au débat raisonné, il pleut aussi chez eux, le futur de nos retraites s’est perdu dans le brouillard politique et social et puis de toute façon quand la loi s’appliquera il fera 4° de plus et tous les koalas seront morts. »

Et je ponctuais ces propos rageurs par une illustration bien envoyée :

Elle est pas belle la relativité de la vie ?

Tout ça pour te dire que la réforme des retraites, le réchauffement climatique et les gilets jaunes c’était du pipi de chat. « Attends de voir ce qui arrive« , j’ai envie de dire au Benoît de Noël 2019, avec mon petit air satisfait de vétéran de la guerre de la Covid-19.

Allez, on va faire un petit jeu : connaissant désormais la capacité de l’humanité à se mettre en moins de dix mois dans des situations impossibles, comment tu le vois le Noël 2021 ?

Ce qui est le plus frappant, c’est que nous n’allons pas passer Noël à nous réconforter comme de vieux rescapés de l’apocalypse, non, nous risquons fort de le passer à nous engueuler en nous jetant à la figure des études qui semblent dire tout et son contraire. Alors tout le monde va se jeter sur son portable pour vérifier la dernière envolée de tata Jacqueline, « non mais c’est quoi cette histoire de vaccin qui va modifier notre ADN, c’est vrai ou bien? » On n’est pas dans la merde.

Moi ce que je dis, c’est qu’on va avoir besoin d’autre chose pour tenir le choc l’année prochaine si jamais il nous tombe dessus un autre truc du genre. Un truc à propos duquel les infos changent toutes les deux minutes du coup plus personne ne sait qui a raison. C’est pas d’un vaccin contre la Covid-19 dont on aurait besoin, mais d’un vaccin pour renforcer le système immunitaire de notre cerveau.

Ce n’est pas seulement de médias dont on aurait besoin, mais d’une sorte d’outillage, un kit de survie de l’information qui nous permettrait de faire face au prochain choc.

On réfléchit à tout ça depuis plusieurs semaines. On a eu quelques idées, tu me diras ce que tu en penses.

Je te dis « ON a réfléchi » parce que maintenant qu’on a levé des fonds grâce à toi, on peut embaucher des gens pour aller moins vite mais plus loin, comme on dit. Donc maintenant je peux dire « ON ».

Je te présenterai la nouvelle équipe un par un, au fil des recrutements, pour que tu vives avec nous la construction d’une entreprise qui s’est donné pour mission de, en quelque sorte, « sauver le monde ». Oui, je sais ça fait un peu prétentieux, mais c’est super enthousiasmant de se dire ça, donc maintenant quand on me demande ce que je fais comme métier je réponds « j’essaie de sauver le monde ».

Notre première recrue est une jeune journaliste, elle s’appelle Mathilde Saliou.

Je ne suis pas sûr qu’elle s’attendait à voir ses méthodes de travail remises en question aussi brutalement en rejoignant le navire Flint. Maintenant qu’elle est à bord, elle n’a plus trop le choix. Mais elle est toujours aussi calme que le jour où elle est arrivée, donc je suppose que ça va.

La mission de Mathilde ? Réinventer son métier pour affronter le monde moderne. Être journaliste chez Flint, ça ne signifie pas « informer ». Ça veut dire plutôt te donner les armes pour mieux t’informer et te faire ta propre opinion.

Ça veut dire utiliser la technologie la plus avancée aussi bien que toute la panoplie de l’esprit critique pour t’aider à garder le bon cap dans l’océan chaotique de l’information. T’aider à te poser les bonnes questions. T’apporter les bonnes données sans chercher à influencer la réponse.

Et puis te faire gagner du temps pour que tu le consacres à des trucs plus intéressants que de t’engueuler avec tata Jacqueline, qui a sans doute raison de se méfier de tout mais bon c’est fatiguant à la fin.

Donc voici Mathilde, première salariée de l’entreprise Flint ! Je vais la laisser présenter et après je te dirais pourquoi c’était elle et pas une ou un autre.

« Je m’appelle Mathilde, je suis journaliste, et parmi mes grands sujets d’intérêt, on trouve le numérique, le féminisme et les médias. Jusqu’ici, je me suis toujours débrouillée pour mélanger au moins deux de ces éléments.
En rejoignant Flint, j’espère bien avoir trouvé le moyen de mêler les trois. Le numérique via les robots, l’égalité hommes-femmes parce que c’est une des valeurs de l’entreprise (et que je compte bien veiller à la diversité de nos sources), les médias parce que notre travail consiste à vous aider à vous y retrouver dans la masse énorme de l’info. »

A ses heures perdues, Mathilde écrit aussi une newsletter (ça s’appelle la Cyberlettre et tu peux lire son travail ici). Et elle est secrétaire générale de « Prenons la Une« , qui milite entre autres pour une juste représentation des femmes dans les médias. Je l’ai choisie parmi une cinquantaine de candidats pour sa précision et sa rigueur, mais surtout pour sa capacité à se poser des milliards de questions sans pour autant perdre complètement pied.

Afin de l’acclimater aux puits de réflexion sans fond dans lesquels elle va devoir se plonger pour toi en 2021 avec son petit sac à dos, je lui ai demandé de s’attaquer à un gros morceau. Tellement gros que Thomas (mon associé) m’a dit « mais ça va être sans fin ! » , je lui ai répondu « euh, oui« . Ça fait déjà deux semaines qu’elle est dessus et elle a réécrit trois fois sa copie, c’est à dire trois fois huit pages, que je lui faisais systématiquement déconstruire. Et elle ne s’est même pas énervée.

Sa mission impossible ? Inventer une sorte d’outil idéal qui te permette de rester à jour de tout ce que tu dois savoir sur l’épidémie et qui change tout le temps, mais sans jamais prendre partie. Un outil qui permette à chacun, quelles que soient ses opinions sur le sujet, de s’appuyer sur les bonnes données pour débattre. Afin de nous éviter au maximum d’être déstabilisés par une nouvelle étude sortie du chapeau qui semblerait dire exactement le contraire de ce que nous pensions juste avant.

C’est un travail extrêmement compliqué, pour lequel j’ai besoin de ton aide.

Histoire de lui donner une forme à peu près cohérente, nous avons pensé à un kit de survie pour Noël, que tu pourrais avoir sous la main pendant le repas afin de vous éviter, toi, tata Jacqueline et papi Gérard, de vous envoyer la dinde à la figure. Et de sortir du repas en vous sentant tous les trois un peu plus intelligents. Cool, non ?

On ne sait pas encore quelle forme prendra ce kit de Noël. Si tu as des idées je suis preneur.

Mais on a commencé par imaginer trois personnages, que tout semble opposer. Trois personnages a priori irréconciliables, à qui nous avons essayé d’apporter les bonnes données pour appuyer leurs arguments, données sur lesquelles tout le monde peut se mettre d’accord, et aider tout ce beau monde à débattre sereinement. Mathilde a tout de suite tiqué, « mais je ne vais quand même pas donner des arguments aux complotistes ! » Et pourquoi pas ? Si ça peut nous aider à tous y voir plus clair ? Elle a dit « ok« .

Je voulais te présenter le résultat de ce travail aujourd’hui, mais il est encore incomplet. Alors je vais te donner accès au brouillon de Mathilde et je vais te demander de nous aider à le compléter.

Nous avons essayé de lister les principales questions qui reviennent tout le temps dans les débats, en essayant de ne pas ignorer les plus dérangeantes. Il en manque certainement, mais documenter chaque question est un travail de titan, donc on va y aller pas à pas, hein. Pour chaque question, nous avons tenu compte, sans jamais les dénigrer, des interrogations que pouvaient soulever nos trois personnages imaginaires :

Camille le rebelle, qui doute de tout. Et se demande parfois si tout cette histoire de pandémie ne serait pas une grande hallucination collective.

Claude la vigilante, qui tient avant tout au respect de ses libertés et qui s’inquiète de la dérive autoritaire vers laquelle pourrait nous entraîner cette panique généralisée.

Et puis Alix la raisonnable, qui, en bonne citoyenne, essaie d’avoir un avis mesuré et rassurant sur tout.

Je leur ai donné des visages de chiens rigolos histoire de ne pas trop rajouter du stress à l’angoisse. Tu me diras si c’est pertinent.

Voici le document, attention c’est un brouillon ! Nous l’avons mis sous Google Docs pour que tu puisses le corriger (merci de ne pas effacer ce que Mathilde a mis des jours à rassembler, mais plutôt de compléter ou de commenter). Tu peux ajouter des liens, en vérifiant bien leur origine et en privilégiant les études scientifiques ou les articles mettant en avant des données chiffrées et bien sourcées. Tu peux proposer aussi d’autres questions qui te taraudent et que tu voudrais que l’on creuse.

👉 Accéder au kit de Noël (12mn de lecture)

Tu noteras que nous avons été un peu plus longs sur les vaccins, puisque c’est le débat du moment. Mathilde a essayé de creuser la question de savoir si la course aux vaccins rapportait plus d’argent aux laboratoires pharmaceutiques que celle des médicaments, et ce que disaient les études sur les risques versus les bénéfices. On n’a pas eu beaucoup de temps pour le faire, donc tu pourras sans doute apporter tes propres recherches.

À ce propos, on a pensé à un truc…

À côté de ce travail de compilation, on a aussi essayé de voir comment on pouvait utiliser l’intelligence artificielle pour nous aider à trier tout ce bordel sans nous enfermer dans nos biais de confirmation. Il y a quelques mois, je t’avais parlé d’un projet sur lequel nous travaillons pour étiqueter l’information, un peu à la façon d’un Yuka de l’info, en référence à la célèbre application du même nom qui étiquette les aliments en fonction de leur valeur diététique.

Pour te la faire courte, nous avons retravaillé à la main le panel d’experts Twitter qui permet à Flint d’analyser la qualité de l’information. Nous avons par exemple étiqueté un certain nombre de ces experts pénalisés en fonction de leur affichage politique (quand ils l’exprimaient publiquement) ou de leur expertise.

Ce travail, encore incomplet, nous a permis de développer un petit moteur de recherche qui permet de trier les résultats en fonction de l’orientation politique (gauche, droite, écolo…) ou de l’expertise (médecin, scientifique, historien…). Et c’est super intéressant.

On note par exemple que les questions sont plus gratouillantes à droite qu’à gauche. Mais c’est surtout en allant regarder du côté des experts que l’on trouve les articles les plus éclairants.

Par exemple, chez les historiens on trouve cette interview d’un historien justement, qui permet de prendre un peu de recul par rapport à l’énervement général. Côté scientifique on a trouvé les premières études détaillées sur les vaccins ainsi que des articles résumant assez simplement ces résultats.

Tout ça nous donne des idées. Par exemple te proposer automatiquement, chaque semaine ou chaque jour, un panorama le plus diversifié possible d’articles ou de vidéos sur un sujet d’actualité. Tu en penses quoi ?

Ce billet est un extrait de la newsletter hebdomadaire « Flint Dimanche », qui explore avec toi comment nous pouvons mieux nous informer dans un monde rempli d’algorithmes. Pour la recevoir, abonne-toi à Flint ici. Tu recevras également une sélection de liens personnalisée, envoyée par l’intelligence artificielle de Flint.

Comments are closed.

Mission News Theme by Compete Themes.