Press "Enter" to skip to content

Lettre Ă  ma fille pour le monde qui vient đź‘© – Flint Dimanche #2

Bonjour, je suis Benoît Raphaël, co-fondateur de Flint. 

Quand j’ai lancĂ© le numĂ©ro zĂ©ro de Flint Dimanche la semaine dernière, j’étais un peu flippĂ©. Et si tout le monde s’en foutait ? Et si j’allais juste m’entendre rĂ©pondre un truc du genre « arrĂŞte de nous inonder avec tes newsletters ». La newsletter est un outil puissant mais fragile Ă  manier. J’ai toujours considĂ©rĂ© ça comme un privilège quand une personne te laisse lui envoyer un mail. Ça peut ĂŞtre tellement intrusif un mail. Bref, donc j’étais super content des retours. Beaucoup  de commentaires, d’encouragements, quelques suggestions. J’ai mis les plus construits dans ce document, si tu veux les lire et ajouter ton grain de sel.

Je suis content parce que l’objectif de ce rendez-vous est de vraiment rendre service, de nous aider à mieux nous informer et de réfléchir ensemble à la manière dont nous pouvons le faire. Donc, on continue ensemble. 

Alors cette semaine, j’ai à nouveau demandé à l’intelligence artificielle de Flint de sélectionner les contenus d’information les plus qualitatifs ou les plus instructifs. Et comme la dernière fois, j’ai été surpris par la cohérence de cette sélection. Comme si à travers la mécanique des mathématiques, les algorithmes de notre école des robots tentaient de nous faire passer une sorte de message. Mais lequel ?

Prends l’accident de Lubrizol Ă  Rouen, par exemple…




Une grande partie du débat a d’abord tourné autour de la « toxicité aigüe » ou non des retombées de l’incendie, aigu signifiant « mortel tout de suite », pas aigu voulant dire « toxique mais on sait pas trop à quel degré ». Pour finalement déboucher sur un nouveau terme : « toxité chronique », traduisez « pas mortel tout de suite mais possiblement sur le long terme ».

Bref, tout le monde réalise plus ou moins que « ça craint » mais sans trop savoir à quel degré, et en gros, l’essentiel du débat a au final tourné autour de l’information. Ou plutôt du manque d’information. Parfois même du trop plein d’informations venu noyer l’effort de transparence.
Tout ça laissant la porte ouverte aux fake news et autres « on nous cache tout on nous dit rien ». L’article qui rĂ©sume peut-ĂŞtre le mieux cette pagaille, selon nos robots, est ce billet d’Olivier Cimelière sur son blog (le temps de lecture de cet article est de 10 mn, je l’ai calculĂ© avec ce super outil).

Si tu n’as pas 10 mn, voici sa conclusion :

« En attendant les conclusions que les différentes investigations devraient produire dans les semaines et mois qui viennent pour établir les vraies responsabilités, la crise de l’usine Lubrizol a de quoi inquiéter dans son mécanisme. Aujourd’hui, chaque soubresaut de crise est disséqué dans l’instant, commenté dans tous les sens sur fond de populisme et de complotisme. » (Blog du Communicant)

VoilĂ . Et si tu as un doute sur quelque chose que tu as lu/vu sur Lubrizol cette semaine, le Monde propose un tour d’horizon assez complet des intox.

L’information, ces derniers jours, a été au coeur de toutes les crises. Elle le sera de plus en plus.




Sur le climat par exemple, le professeur Pierre Lena s’interroge sur l’éco-anxiété. Ce « nouveau mal du siècle », véhiculé par les réseaux sociaux, laisse selon lui les enfants et adolescents démunis et angoissés face l’avenir. Perméables à la peur et à la colère, ils sont en même temps ignorants des faits et du consensus scientifique autour de la question. Pour lui, l’éducation au climat doit être une priorité en France.

Lire son billet ici (temps de lecture 5mn).




Il faudrait aussi les former à l’esprit critique. Cette lettre d’un communicant à sa fille de 15 ans est à la fois touchante et lumineuse sur le sujet. Il décrypte pour elle les techniques d’influence et de manipulation utilisées dans les applications numériques les plus connues, « sans les juger », mais juste pour aider sa fille à affronter le monde fragmenté qui vient.

Lire son billet ici (11mn).




La vidéo de la semaine, sélectionnée par Flint, nous emmène justement aux sources de la propagande et de la manipulation des foules. Un documentaire fascinant proposé par Arte sur le père méconnu et controversé du marketing américain. Neveu de Sigmund Freud, Edward Bernays est, entre autres, à l’origine de l’arrivée du bacon dans le petit déjeuner traditionnel américain. 

Voir la vidéo ici (53mn). 




Le podcast Ă  emporter : les robots Flint te proposent de partir Ă  la dĂ©couverte de la diversitĂ© des humains (c’est Ă  dire nous). Ce nouveau podcast raconte l’histoire de Lucile, journaliste fĂ©ministe, mariĂ©e avec trois enfants, mais aussi bisexuelle et polyamoureuse. « Minoritaire parmi les minoritĂ©s », elle raconte comment elle vie sa singularitĂ© sentimentale face au sexisme des rĂ©seaux sociaux.

Ecouter le podcast ici (40mn).




La solution : Cette semaine, j’ai tentĂ© une nouvelle expĂ©rience. J’ai demandĂ© Ă  Flint de sĂ©lectionner les projets les plus utiles et intĂ©ressants proposĂ©s sur les plateformes de financement participatif que tu pourrais soutenir. « Juste devant nous » est un projet de sĂ©rie documentaire dont l’objectif est de nous faire comprendre pourquoi c’est important de s’occuper de nos sols (pas ton parquet, mais le sol de la terre, hein…) Ă  travers des tĂ©moignages et de la pĂ©dagogie. C’est utile et c’est joli.

Tu peux soutenir ce projet ici.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mission News Theme by Compete Themes.